samedi 18 novembre 2017

Que croyez-vous ?






Les Chemins de la philosophie  par Adèle Van Reeth
Que croyez-vous ? (13-16.11.2017)
(1/4) La religion peut-elle se passer de la foi ?
Avec Delphine Horvilleur, rabbin du Mouvement juif libéral de France, directrice de rédaction du magazine Tenou’a
(2/4) Croire au XXIe siècle
Avec Camille Riquier, Maitre de conférence à la Faculté de philosophie de l'Institut Catholique de Paris, corédacteur des Annales bergsoniennes
(3/4) Les raisons de croire
Avec Claudine Tiercelin, Professeur au Collège de France. Chaire de Métaphysique et philosophie de la connaissance
(4/4) Comment lutter contre la superstition avec Spinoza
Avec Ariel Suhamy, maître de conférences au Collège de France, éditeur du site la Vie des idées

Le consentement sexuel à 13 ans, une vision rétrograde de la protection de l'enfance

MAJ de la page : Pédocriminalité / Droits sexuels



Jean-Luc Mélenchon, Majorité sexuelle, ...  (Revue de la semaine, 46, nov. 2017)

J'ai été stupéfait de voir qu'on évoquait l'âge possible du consentement à 13 ans, je ne comprends pas, si il y a une majorité sexuelle à 15 ans pourquoi il y aurait un consentement à 13 ans ? (...)
'Il faut créer un seuil de présomption de non-consentement et le porter à l'âge de la majorité sexuel de 15 ans, pour qu'il y ait un âge au-dessous duquel le discernement et le consentement ne puisse être évoqué. Saurez-vous les entendre, nous entendre et proposer une loi qui protège les enfants, et les jeunes de moins de 15 ans contre les violences sexuels'  Clémentine Autain
C'est une bataille, nous ne lâcherons pas prise sur le sujet. J.-L. Mélenchon



Manifestation des Effronté-e-s (nov. 2017)

Lire aussi : Âge du consentement sexuel à 13 ans: la proposition du gouvernement suscite l’indignation, RT, le 15 novembre 2017

* * *

Remarques.
Première anomalie française :
Logiquement l'âge du consentement est celui de la majorité sexuelle, un mineur ne peut consentir à une relation avec un adulte (en raison de son immaturité physique et/ou psychique), tout acte commis est donc un viol sur mineur. Ce n'est pas le cas en France.
Le fait, par un majeur, d'exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d'un mineur de quinze ans est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. Code pénal Art. 227
Autrement dit cet article permet de ne pas qualifier de viol un acte sexuel sur mineur mais seulement d'atteinte sexuelle. L'absence de "violence, contrainte, menace ni surprise" défini alors une forme de consentement implicite. Cf. Wikipedia
Seconde anomalie française : 
Augmenter l'âge du consentement permet de mieux protéger les enfants d'actes pédocriminels. Or le gouvernement Macron veut abaisser le consentement à 13 ans, soit 2 ans de moins que la majorité sexuelle fixée à 15 ans. (Ensuite la majorité sexuelle sera probablement mise à niveau, pour la faire coïncider avec le consentement, où on la supprimera purement et simplement comme dans la Déclaration des Droits sexuels de l'IPPF, 2008 et les Standards pour l'éducation sexuelle en Europe de l'OMS, 2010).

En Suisse la majorité sexuelle est de 16 ans, elle coïncide avec l'âge du consentement, tout abus sexuel sur mineur est un viol.  

* * *

Le consentement sexuel à 13 ans, une vision rétrograde de la protection de l'enfance
Par Céri, le 18 novembre 2017 - Donde Vamos

L'heure est grave. A part pour les pédophiles, évidemment. Le tout nouveau gouvernement a en effet décidé d'abaisser la majorité sexuelle, pour la faire passer de 15 ans à 13 ans. On nous fait le coup de l'hésitation, du truc qui n'est pas encore tranché, mais il est clair que tout cela n'est qu'une campagne de com' destinée à faire avaler une énorme couleuvre au bon peuple.

Dans un contexte où les autorités, via l' "éducation sexuelle" et la promotion des "droits sexuels" version OMS, engendrent une sexualisation de plus en précoce des enfants, il y a fort à parier que cet "âge du consentement" sera rapidement appelé à baisser.

Comment en est-on arrivé là? Eh bien l'affaire a été rondement menée, en 3 étapes, que l'on va détailler ici. Parce que la propagande politique fonctionne souvent sur ce modèle :
1. L'affaire mousse dans les médias,
2. On pousse l'opinion publique à se positionner, et on s'arrange pour qu'elle aille dans le sens voulu au départ.
3. Grand sauveur, le pouvoir politique pond un réforme, vendue comme étant consensuelle. Mais tout le débat a été cadré à l'avance, histoire d'en arriver à faire passer une loi ou une mesure qui ne serait jamais passée autrement, ou bien aurait suscité des levées de boucliers.

Cette affaire de la majorité sexuelle à 13 ans est assez emblématique de ce processus de propagande politique. En voici les grandes étapes:

Etape 1: les faits divers sordides

En l'espace d'un mois environ, coup sur coup, les médias se sont fait l'écho de deux histoires de mineures de 11 ans que la justice a considérées comme "consentantes" à des "relations sexuelles" avec des types adultes qu'elles ne connaissaient ni d'Eve ni d'Adam, croisés dans la rue, alors qu'elles n'avaient jamais eu ce type de "relation" auparavant.

> Affaire n°1, début octobre: Le viol d'une fillette de 11 ans, requalifié non pas en "agression sexuelle" comme c'est désormais devenu la norme, mais en "atteinte sexuelle". En gros, la justice a considéré que la petite était consentante, mais comme elle est très jeune on a quand-même été obligé de qualifier les faits d' "atteinte sexuelle". Pourtant, c'est bien une plainte pour viol qui avait été déposée par la victime.

L'affaire, jugée à Pontoise, est pourtant simple: la fillette rentre chez elle en fin de journée, elle croise le type de 28 ans, finit par le suivre après qu'il l'ait mise en confiance, et là il la viole. Dès qu'elle rentre chez elle, elle raconte les faits à sa mère, qui va porter plainte.

"En avril 2017, Sarah, 11 ans, élève de sixième dans le Val-d'Oise, a suivi un homme de 28 ans qui l'avait abordée dans un square. L'homme obtient de l'enfant une fellation, puis l'emmène dans son appartement, où il la pénètre. La famille porte plainte pour viol, mais le parquet de Pontoise choisit de poursuivre l'auteur présumé des faits pour "atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans", et non pour viol.", résumait Le Point le 3 octobre. Techniquement, la fellation est un viol, la pénétration aussi, mais comme cela a été pratiqué, selon le tribunal, sans contrainte, menace, violence ou surprise, alors il s'agit seulement d'une "atteinte sexuelle".
La différence d'âge n'est pas considérée comme un moyen de contrainte sur cette fillette de 11 ans, alors que les juges auraient pu voir les choses comme cela.

Big big Brother



Surveillance en Chine (RMC Découverte, nov. 2017)

Est-ce si différent dans nos pays occidentaux ?
Lire aussi : Renseignement : derrière le brouillard juridique, la légalisation du Deep Packet Inspection, La Quadrature du net, 15 nov. 2017


La Chine veut donner une « note de confiance » à tous ses citoyens
Par Elodie, le 26 octobre 2016  - Journal du Geek

Orwell doit se retourner dans sa tombe, le gouvernement chinois entend attribuer une « note de confiance » à tous ses concitoyens, basée sur leurs données personnelles. Les moins bien notés seront sanctionnés.


Voici donc « Internet Plus » ou quand le Big data sert au contrôle des masses. Nous ne sommes pas dans un roman de science-fiction ou dans l’un des derniers épisodes de Black Mirror (Nosedive pour ne citer que lui) mais en Chine.
Fin septembre, le Parti communiste chinois au pouvoir a annoncé une nouvelle mesure surprenante basée sur le Big Data : à partir des données personnelles recueillies sur ses citoyens, le gouvernement leur attribuera une note de confiance. Une note qui servira autant de sésame que de purgatoire.

Une note de confiance pour tous les citoyens

Ainsi, cette note attribuée par le pouvoir conditionnera l’accès à certains services et fermera la porte à d’autres. Autrement dit, tout citoyen chinois devra avoir un comportement exemplaire (légal, social, fiscal, juridique, etc.), si ce n’est irréprochable, pour pouvoir prétendre à l’obtention d’un prêt ou d’une promotion.


Les moins dignes de confiance seront sanctionnés. La liste des restrictions prévues en cas de comportements déviants (employons les grands mots) détaillée par le gouvernement chinois et rapporté par le Washington Post est proprement hallucinante : elle va des restrictions bancaires et financières pures et simples (attribution d’un crédit, participation à un marché public, possibilité de devenir actionnaire, etc.), à l’interdiction de voyager en 1ère classe, voire de partir à l’étranger, ou d’inscrire ses enfants dans les meilleures écoles du pays.

vendredi 10 novembre 2017

L'enfant debout - L'éducation selon la tradition initiatique

MAJ de la page : Pierre-Yves Albrecht 

Pierre-Yves Albrecht, L'enfant debout - L'éducation selon la tradition initiatique, Ed. Ciel ouvert, 2016
Ce livre est destiné à tous les parents. Ce sont les questions des enfants qui ont suscité cette méditation philosophique sur les grands thèmes de l'âme, de l'être essentiel et invisible en nous. L'initiation concerne la pédagogie du retour de cette âme vers sa patrie originelle, la stratégie d'un retournement qui se fait ici et maintenant, au cur de notre existence. Certes, notre rôle est d'éduquer l'enfant à une intégration sociale avec tout ce que celle-ci comprend d'artificiel, de factuel et d'éphémère, focalisant sur la structuration de l'homme extérieur. Mais, attentifs à la présence de cette âme, de cet ""homme intérieur"" en gestation, notre mission est surtout de favoriser la croissance de ce dernier par une pédagogie initiatique stimulant l'éveil et la mémoire de qui nous sommes pour que nous puissions nous connaitre, ainsi que l'univers et les dieux, comme le conseille le maître Socrate. Ce livre se veut très pratique. La première partie contemple des thèmes suggérés par les enfants et essaie de faire passer au lecteur l'esprit d'une pédagogie initiatique à travers les mille faits quotidiens qui ponctuent nos journées. La deuxième partie décrira comment les rites de passage ont été réactualisés dans le cadre d'une famille normale. La troisième partie donnera un espoir aux parents qui cherchent vainement des structures ""initiatiques"" pour des enfants interpellés.
Commande : Boutique Albrecht
Sur Amazon : L'enfant debout - L'éducation selon la tradition initiatique
Sites internet : Pierre-Yves Albrecht  / Les Rives du Rhône / Académie Aurore



Pierre-Yves Albrecht, Qu'est-ce que l'Académie Aurore (2016)



Pierre-Yves Albrecht, Palabre au désert

Autres vidéos : Pierre-Yves Albrecht / Amsha



Autres articles (PDF) : Pierre-Yves Albrecht

Quelques documentaires sur des catastrophes écologiques occultées

Quelques documentaires sur des catastrophes écologiques occultées
Novembre 2017 - Le Partage

La plupart des mili­tants écolo­gistes se sont un jour ou l’autre heur­tés, lors d’une discus­sion ou d’un débat sur les problèmes envi­ron­ne­men­taux, à un (ou des) indi­vidu(s) parti­cu­liè­re­ment scep­tique(s) et/ou techno-reli­gieux (ceux qui croient ferme­ment que le déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique nous permet­tra toujours de résoudre les problèmes qu’il engendre perpé­tuel­le­ment).

La défo­res­ta­tion massive ? On replan­tera des “forêts”, traduc­tion : des plan­ta­tions, des mono­cul­tures, non pas des forêts, et en espé­rant qu’il reste des sols sur lesquels les plan­ter, puisque, ainsi qu’on peut le lire dans un article récem­ment publié sur le site du quoti­dien Les Echos :

« Au cours des cent dernières années, un milliard d’hec­tares de terres fertiles, l’équi­valent de la surface des Etats-Unis, se sont litté­ra­le­ment vola­ti­li­sés. Et l’or­ga­ni­sa­tion des Nations unies pour l’ali­men­ta­tion et l’agri­cul­ture (FAO) s’inquiète de de l’ave­nir des surfaces restantes. Dans un rapport de 650 pages, publié en décembre à l’oc­ca­sion de la clôture de l’An­née inter­na­tio­nale des sols, elle constate qu’un tiers des terres arables de la planète sont plus ou moins mena­cées de dispa­raître. »

Traduc­tion : la civi­li­sa­tion indus­trielle (ses pratiques agri­coles, sa béto­ni­sa­tion inexo­rable, etc.) détruit les sols du monde entier.
La surpêche ? Il suffira de dimi­nuer les quotas et de créer des réserves marines.
Le plas­tique dans les océans ? Il suffira de quelques inven­tions du type de celle de Boyan Slat (qui reste, à l’heure actuelle, un joli mirage, et qui, de toute manière, n’a jamais consti­tué une solu­tion puisqu’elle ne vise pas à endi­guer le flot inin­ter­rompu des millions de tonnes de déchets plas­tiques que l’hu­ma­nité indus­trielle déverse en perma­nence, de multiples façons, dans les eaux du monde entier).
L’air qui est devenu cancé­ri­gène ? On instal­lera des filtres, on mettra en place des mesures visant à inter­dire les émis­sions de polluants, on dépol­luera l’air avec des aspi­ra­teurs géants qui débar­ras­se­ront l’air des merdes toxiques qu’on y balance encore.
Ce qu’il y a de bien, avec la pensée magique, c’est qu’elle sert de contre-argu­ment contre à peu près tout. Et pendant ce temps-là, tout empire.
Je ne compte pas me lancer ici dans un bilan des dégra­da­tions écolo­giques en cours, ce serait beau­coup trop fasti­dieux, inter­mi­nable et puis, impos­sible de dres­ser une liste exhaus­tive !
Certaines pollu­tions sont plus connues que d’autres, certains problèmes écolo­giques sont mis en avant, tandis que d’autres non. Ceux que j’ai cités font partie des clas­siques (avec l’épui­se­ment de l’eau douce par surex­ploi­ta­tion des eaux souter­raines ; le réchauf­fe­ment clima­tique ; la montée du niveau des mers et des océans ; l’aci­di­fi­ca­tion des océans ; la conta­mi­na­tion des sols, de l’at­mo­sphère, des mers, bref, de tous les milieux, par les millions de produits chimiques issus des indus­tries ; l’épui­se­ment de nombreuses ressources non-renou­ve­lables de types métaux, mine­rais en tous genres), mais connais­sez-vous ceux-ci :



Dans ce docu­men­taire d’Arte, on découvre les pratiques de la mafia cala­braise en Italie, qui, main dans la main avec les multi­na­tio­nales et les états du monde entier (d’autres mafias), orga­nise une gestion des déchets nucléaires pour le moins abomi­nable. Noyés au fond des mers dans des épaves sabor­dées, enfouis dans des décharges légales et illé­gales sur terre, ces déchets empoi­sonnent grave­ment les humains et les non-humains des milieux qu’ils intoxiquent.

Carte des navires (connus) trans­por­tant poten­tiel­le­ment des déchets toxiques, parfois nucléaires, 
coulés en mer par la mafia (tirée du site http://www.infon­doal­mar.info/)




« Des milliers de cais­sons métal­liques, dix-neuf navires char­gés de déchets radio­ac­tifs, quatorze réac­teurs, et, surtout, trois sous-marins nucléai­res… : tous reposent au fond de l’océan Arctique — première zone de pêche au cabillaud du globe. Les parties métal­liques rouillent, l’eau salée ronge le béton et des parti­cules radio­ac­tives s’échappent des épaves. Pour­tant, l’omerta est de mise. Pour avoir dénoncé l’état déplo­rable de la flotte russe et le risque d’ac­ci­dent nucléaire, un ingé­nieur et inspec­teur de sous-marins a été empri­sonné ; un autre mili­taire n’ac­cepte de témoi­gner qu’a­no­ny­me­ment. Un rapport remis en 2011 au Krem­lin par le minis­tère russe de l’En­vi­ron­ne­ment appe­lait à couler des sarco­phages de béton autour de deux des trois sous-marins d’ici 2014 au plus tard — mais la recom­man­da­tion est restée à ce jour lettre morte. »



« Cachées depuis des décen­nies, les décharges d’armes chimiques sous-marines livrent un peu de leur secret grâce à cette enquête : un scan­dale mili­taire hérité de deux guerres mondiales et une véri­table menace pour l’homme et pour l’en­vi­ron­ne­ment. Plus d’un million et demi de tonnes d’armes chimiques non utili­sées gisent sur les fonds marins de la planète. Encore s’agit-il d’une esti­ma­tion, puisque le secret défense qui les entoure à travers le monde empêche toute évalua­tion précise. Les poisons qu’elles contiennent (gaz moutarde, gaz sarin, arse­nic…) s’échappent lente­ment, inexo­ra­ble­ment, des fûts corro­dés par des décen­nies d’im­mer­sion. Ces armes sont l’un des terribles héri­tages des deux guerres mondiales. Jusqu’au début des années 1970, avec un pic entre 1917 et 1945, les armées des grandes puis­sances ont systé­ma­tique­ment déversé leur arse­nal chimique quasi indes­truc­tible au fond des mers, dans les lacs ou l’ont enterré. »

Demain, tous crétins ?

MAJ de la page : Perturbateurs endocriniens



De cause à effets, le magazine de l'environnement  par Aurélie Luneau
Notre QI malade de l’environnement 05/11/2017
Avec
Barbara Demeneix, Biologiste, codirectrice du laboratoire « Evolutions des régulations endocriniennes » au Museum National d’Histoire Naturelle
Auteure de :
- Le cerveau endommagé : comment la pollution altère notre intelligence et notre santé mentale, Ed. Odile Jacob, 2016
- Cocktail toxique,  Ed. Odile Jacob, 2017
Commande sur Amazon : Le Cerveau endommagé: Comment la pollution altère notre intelligence et notre santéCocktail toxique: Comment les perturbateurs endocriniens empoisonnent notre cerveau

Et si nos capacités intellectuelles et mentales étaient en danger ? Les chercheurs sont formels : notre QI baisse et le monde scientifique et médical n’hésite plus à faire le lien entre les cas d'autisme et notre environnement toxique, quand il ne s'agit pas de la maladie d’Alzheimer…
Source et suite du texte : FC

* * *



Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade, Demain, tous crétins ? (Arte, 2017) - Bande annonce
CLIQUEZ ICI  pour voir la vidéo intégrale sur le site de Arte

Baisse du QI, troubles du comportement et autisme en hausse : cette enquête alarmante démontre que les perturbateurs endocriniens affectent aussi la santé mentale.

Et si l'humanité était en train de basculer vraiment dans l'imbécillité, comme l'imaginait en 2006 la cruelle fiction de Mike Judge "Idiocracy" ? Depuis vingt ans, les scientifiques constatent avec inquiétude que les capacités intellectuelles ne cessent de diminuer à l'échelle mondiale. Une baisse du QI a été observée dans plusieurs pays occidentaux. À cela s'ajoute une explosion des cas d'autisme et des troubles du comportement. En cause : les perturbateurs endocriniens, ces molécules chimiques qui bouleversent le fonctionnement de la thyroïde, essentielle au développement cérébral du fœtus. Présentes dans les pesticides, les cosmétiques, les mousses de canapé ou encore les plastiques, ces particules ont envahi notre quotidien : nous baignons dans une véritable soupe chimique. Aux États-Unis, chaque bébé naît ainsi avec plus de cent molécules chimiques dans le sang. Mais comment limiter leurs effets ? Quelles solutions peut-on mettre en place pour préserver les cerveaux des générations futures ?

Épidémie ?

Huit ans après "Mâles en péril", qui révélait l'impact des perturbateurs endocriniens sur la fertilité, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade tirent à nouveau la sonnette d’alarme en dévoilant l'effet néfaste de ces mêmes polluants sur notre intelligence et notre santé mentale. "Demain, tous crétins ?" relaie la parole de chercheurs engagés, comme la biologiste Barbara Demeneix, spécialiste de la thyroïde, ou la biochimiste américaine Arlene Bloom, qui mène depuis les années 1970 un combat acharné contre l'utilisation des retardateurs de flammes (mélanges chimiques ajoutés à une grande variété de produits industriels comme les plastiques, les textiles et les équipements électriques ou électroniques pour les rendre moins inflammables). Leurs études et d'autres nous alertent sur un problème de santé publique dont les législateurs, sous l'influence des lobbies industriels, n'ont pas encore pris la mesure.
Source : Arte




Débat suite à la projection de "Demain, tous crétins ?"
avec Sylvie Gilman et François Veillerette (Président de Générations Futures), animé par Caroline Guidetti
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...